Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/03/2011

Séisme et tsunami, l'alliance infernale (1)

L'énergie est le maître-mot de ce qui vient de se passer au Japon.

L'accumulation, la libération, puis la transmission de cette énergie ont provoqué une catastrophe unique dans l'Histoire, par la simultanéité des phénomènes naturels en jeu. Sans parler des conséquences nucléaires, qui vont ajouter leurs destructions à plus long terme encore.

La croûte terrestre, d'une épaisseur moyenne de 100 kilomètres, est morcelée en 52 plaques tectoniques. Elles se déplacent de 3 à 8 cm en moyenne les unes par rapport aux autres, au long d'immenses lignes de failles que l'on appelle fractures. Certaines se frottent  longitudinalement : ce sont les failles de cisaillement. D'autres écartent les  continents : ce sont les dorsales médio-océaniques. Enfin, certaines plongent l'une sous l'autre : ce sont les zones de subduction.Japon, tsunami, séisme, terre, failles

L'archipel japonais, composé de 6 852 îles de diverses tailles, se situe au bord de l'une de ces zones de subduction. La plaque portant l'océan Pacifique s'enfonce sous la plaque américaine portant le Japon, lui-même à l'intersection des plaques eurasienne et philippine. L'endroit idéal pour un scénario catastrophe... qui s'est déroulé quasiment en modovision.

La subduction pacifique ne constitue pas un phénomène linéaire - ce n'est pas un tapis roulant. Des tensions se forment en certains points et accumulent de l'énergie au fil du temps. Comme un engrenage qui grippe jusqu'au moment où il cède. Cette énergie peut s'évacuer à des intervalles très petits, de l'ordre de quelques jours ou de quelques mois,  provoquant des micro-séismes, comme elle peut mettre des siècles à se libérer. Et lorsque ces immenses tensions se relâchent d'un seul coup, cela génère un séisme majeur. Comme au Chili, le 22 mai 1960, d'une magnitude de 9.5 sur l'échelle ouverte de Richter - le plus important jamais enregistré de mémoire d'homme. Comme dans l'océan Indien, au large de l'Indonésie, le 26 décembre 2004 (magnitude 9.3).

Le séisme devient alors le précurseur d'un autre phénomène naturel impressionnant et destructeur : le tsunami.

Commentaires

Si vous le permettez, 2 précisions concernant le texte du 12 Mars
* 12 plaques lithosphériques et non 52....c'est une coquille
* 100 kms c'est l'épaisseur d'une plaque, une plaque comprend de haut en bas la croute terrestre(10kms sous les océans....60 kms sous les continents) et le manteau supérieur solide
* ces plaques"flottent " à des vitesses variables sur une partie du manteau inférieur plastique appellé asthénosphère...un peu comme des "iles flottantes"

Écrit par : Halleux | 26/03/2011

Cher lecteur,
Merci de vos remarques, auxquelles j'apporterai moi-même quelques précisions :
1. La Terre est fragmentée effectivement en 12 plaques principales, elles-mêmes morcelées en 41 plaques secondaires (Anatolie, Nazca, Panama, Shetland, Moluques, Île de Pâques, Okhotsk...), d'où 53 plaques en tout - ce n'est pas une coquille, c'est une erreur de calcul d'une unité.
2 et 3. Merci de vos précisions, qui seront utiles à tous mes lecteurs, ce blog se voulant surtout accessible à un public non spécialiste... mais qui apprécie d'entrer dans les détails, comme moi.

Écrit par : Philippe Dagneaux | 26/03/2011

Les commentaires sont fermés.