Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2011

Fukushima-1, calvaire et cauchemar nucléaires (1)

 Disons-le tout net : une partie de ces hommes sont condamnés.

Japon, Fukushima, nucléaire, réacteur, centrale, techniciens, combinaisonsDes centaines de techniciens, ingénieurs, pompiers et soldats s'échinent, depuis plus de deux semaines, à rétablir le refroidissement des six réacteurs nucléaires de la centrale électrique de Fukushima 1 - Daiichi. Exposés à des bouffées de radiations accroissant les doses qu'ils reçoivent, pataugeant dans des flaques d'eau de mer dangereusement contaminées, certains de ces hommes n'ont que quelques semaines, au plus quelques mois, à vivre. C'est leur calvaire.

Tepco, l'opérateur privé du site, s'est fendu d'un communiqué hier. Tokyo Electric Power Compagny y explique que deux de ces « travailleurs de l'impossible » – ça, c'est moi qui l'ajoute – ont dû être transportés à l'hôpital universitaire de Fukushima, car ils ont été « irradiés » ou « contaminés ». Si les images qu'a diffusée vendredi soir NHK, la chaîne de télévision publique japonaise, sont bien celles de ces techniciens, on a pu voir une grosse tache brunâtre dévorer une partie du bras gauche de l'un d'eux. Signe indéniable d'une très forte irradiation, donc d'une longue exposition de ces hommes.

Courageux, car ils savent pertinemment ce qu'ils risquent.

A ce propos, l'Autorité de sûreté nucléaire nippone a tapé sur les doigts de Tepco – une nouvelle fois ! –, pour avoir quelque peu négligé la protection de ces « liquidateurs » (1). Manifestement, les combinaisons blanches exhibées par la compagnie ne les protègent pas assez efficacement, surtout dans une ambiance surchargée de radiations, ainsi que de poussières et d'eau contaminées.

Les effets biologiques des irradiations et des contaminations sont bien connus depuis Marie Curie, la Seconde Guerre mondiale et des centaines d'essais militaires sur des hommes. Nausées, fièvre, chute du taux de lymphocytes (globules blancs), diarrhées et hémorragies intestinales, épidermites, lésions des organes vitaux (cœur, foie, tube digestif, poumon, moelle épinière...), cancers radio-induits, voire décès.

Bien évidemment, tous ces effets dépendent de la dose reçue. Par exemple, les données japonaises, issues de Hiroshima et Nagasaki, suggèrent que le risque de leucémie est de 30 cas pour 100 000 personnes (2). D'autre part, les études montrent que les dégâts irréversibles débutent à une dose de 4 000 millisieverts (mSv).

Japon, Fukushima, nucléaire, réacteur, centrale, techniciens, combinaisonsSur ce point, Tepco a révélé hier qu'au moins trois de ses travailleurs avaient reçu (en quelques heures ou quelques jours, ce n'est pas précisé) des doses comprises entre 100 et 170 mSv. A noter qu'en France, les travailleurs du nucléaire sont limités à 20 mSv par an – moyennés aussi sur 5 ans – et que la dose naturelle moyenne est de 2,45 mSv par an (3).

Déjà pris une bonne dizaine de fois en flagrants délits de mensonges et de falsifications, et ce depuis 10 ans au moins, l'opérateur Tepco n'a pu éviter que soit révélée la contamination de l'eau de mer et, partant, des produits de la pêche. Un vrai choc culturel car au Japon, ils constituent la base de l'alimentation.

C'est précisément là où la catastrophe de Fukushima se transforme de calvaire en cauchemar.

 

(1) Surnom donné aux milliers d'hommes qui, en 1986, ont nettoyé le réacteur n°4 explosé de Tchernobyl et l'ont noyé sous des centaines de tonnes de sable et de bore. Le nombre de victimes a été effroyable... et inconnu.

(2) Sur les effets cliniques des radiations, lire le cours de la faculté de médecine de Rennes : www.med.univ-rennes1.fr/cerf/edicerf/BASES/BA001_cv_rb_9....

(3) htpp://lpsc.in2p3.fr/gpr/french/RadioOrdre/radioGrandeur/radioGrandeur.html

Les commentaires sont fermés.