Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2011

Au péril des pesticides

chimie, pesticides, Marie-Monique, Robin, livre, film, Arte, enquête, journalisme d'investigation, club presse"Le scandale des pesticides, lorsqu'il éclatera, sera au moins aussi important que celui de l'amiante".

Marie-Monique Robin est sûre d'elle, après plus de deux ans d'enquête à pister les pesticides, ces "produits miracles" de l'agriculture industrielle, qui ont soi-disant permis aux agriculteurs de nourrir le monde. Las : plus d'un demi-siècle après leur introduction à hautes doses dans nos prairies et nos potagers, les pesticides montrent un bilan pour le moins négatif... sauf pour les industriels de la chimie, évidemment.

La journaliste d'investigation sait de quoi elle parle. Fille d'agriculteurs, elle a vu deux membres de sa famille être malades de ces produits chimiques, censés rendre la nourriture plus saine et plus contrôlée, notamment contre les ravageurs (insectes, germes...). Son père lui-même a épandu ces pesticides durant la plus grande partie de sa vie professionnelle.

Elle en a parlé à près de 200 personnes, réunies ce soir à la salle Pétrarque, à Montpellier. Elle y avait été invitée par le Club de la Presse Montpellier-Hérault-Languedoc-Roussillon, en partenariat avec la librairie Sauramps.

chimie, pesticides, Marie-Monique, Robin, livre, film, Arte, enquête, journalisme d'investigation, club presseA présent, Marie-Monique Robin lève le voile sur les absurdités, les dissimulations et les à peu près des industriels et des autorités censées les surveiller ou les réguler. Dans son nouveau grand reportage - qui a débouché sur un film et sur la publication d'un livre, au titre évocateur : "Notre poison quotidien" (1) -, elle met également en lumière le danger même posé par ces produits chimiques hautement toxiques pour la plupart. "Cancers de divers types, obésité, maladie de Pakinson, maladies dégénératives du système nerveux, empoisonnement des urines des enfants" : la liste est longue de leurs méfaits, de leurs dégâts.

Son enquête a mené la consoeur au sein des instances régulatrices de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Elle y a appris avec stupeur que sur les milliers de molécules disponibles dans l'industrie, seules quelques centaines ont été testées au niveau de leur toxicité ! Et encore, une par une, alors que les champs du monde entier sont littéralement contaminés par des cocktails de ces molécules. De plus, le concept de dose journalière acceptable (DJA), c'est-à-dire la dose d'une molécule que l'ont peut respirer ou ingérer chaque jour sans être malade, ne repose sur aucune base scientifique sérieuse. Mais la DJA fait les beaux jours de l'industrie chimique depuis 1961, tout en permettant à l'OMS de trouver un excellent prétexte derrière lequel se retrancher...

La situation est très sérieuse. La France est le troisième consommateur mondial de pesticides phytosanitaires, c'est-à-dire destinés aux plantes. A la main, par tracteurs, avions ou hélicoptères, des millions de tonnes de ces produits chimiques sont épandus chaque année partout en terre de France, avec des résultats bien moins mirobolants que ceux avancés par l'industrie. Par exemple, bien des insectes se sont adaptés à ces toxines chimie, pesticides, Marie-Monique, Robin, livre, film, Arte, enquête, journalisme d'investigation, club presseartificielles - par la bonne vieille loi de l'évolution -, ce qui oblige les agriculteurs à augmenter les doses. Le même échec cuisant que pour le DDT, qui a fini par être interdit.

Les méthodes alternatives existent (2), souvent depuis des siècles, pour faire face aux ravageurs des plantations. Mais ces remèdes souvent simples, naturels et surtout peu coûteux, gênent pas mal de monde. Un jardinier professionnel breton en a eu l'illustration l'an dernier. Il avait lancé un site internet, sur lequel il enseignait les recettes traditionnelles à base d'herbes. Il a dê le fermer : l'industrie chimique avait porté plainte contre lui pour "concurrence déloyale" et l'Etat l'avait assigné en justice parallèlement pour "exercice illégal de la chimie" ! Quand on parle de conflits d'intérêts...

Le film de Marie-Monique Robin a remporté un énorme succès lors de sa diffusion sur Arte, la meilleure audience depuis la création de la chaîne... Le livre, qui fait suite à celui qu'elle avait consacré au "Monde de Monsanto" il y a trois ans, est dense, très documenté. Du vrai travail de journaliste.

Ce qui prouve que le journalisme d'investigation, concernant des sujets de société aigus et impliquant toute la population, a encore de beaux jours devant lui. C'est un journalisme de qualité, qui intéressera toujours les lecteurs-auditeurs-téléspectateurs-internautes, car il parle de la vie quotidienne et décrypte les dangers sournois de nos sociétés dites modernes et avancées.

 

(1) Pour en savoir plus, le blog de Marie-Monique Robin sur les pesticides : http://robin.blog.arte.tv/category/notre-poison-quotidien/

(2) Lire le livre du Cemagref et de l'Inra : "Pesticides, agriculture et environnement - Réduire l'utilisation des pesticides et en limiter les impacts environnementaux", ouvrage collectif, 134 pages, éditions Quae, mars 2011.

Commentaires

bonjour,

Je voudrais apporter un témoignage concernant les pesticides et le mensonge qui entoure le monde de la phytopharmacie si je prends l'exemple du glyphosate (herbicide de MONSENTO)quand les representants de la firme le présentait il était biodégradable qu'il était moins toxique que le sel de cuisine aujourd'hui on sait que ce n'est pas le cas. Un autre exemple un autre herbicide céréale TOK E25 qui a été reconnu cancérigène à l'époque mais autorisé à la vente jusqu'à épuisement des stoks.

Chose surprenante c'est que le milieu médical n'est visiblement pas au courant de l'utilisation de ces produits.

Écrit par : bourgade | 01/04/2011

Merci pour votre témoignage.
En ce qui concerne le Roundup et dérivés, le livre de Marie-Monique Robin "Le monde selon Monsanto" est extrêmement édifiant. De plus, le glyphosate, qui n'a aucun effet seul et doit être adossé à un adjuvant pour devenir efficace, a entraîné des résistances chez certaines plantes, qui deviennent envahissantes aux Etats-Unis.
Pour le TOK E25, c'est l'exemple type d'un principe fondamental de la mondialisation : ne surtout pas gêner l'industrie...
Enfin, pour ce qui est du monde médical, cela fera l'objet d'une prochaine chronique.

Écrit par : Philippe Dagneaux | 04/04/2011

Les commentaires sont fermés.